?

Log in

AyPP's journal
 
[Most Recent Entries] [Calendar View] [Friends]

Below are the 20 most recent journal entries recorded in val_richer's LiveJournal:

[ << Previous 20 ]
Monday, April 2nd, 2007
12:22 pm
Lherm
Quelqu'un connaît-il cet historien ?

Pour ceux qui seraient intéressés par ce que ce jeune agrégé a à raconter, il donne une Discussion à la Librairie V.O. de Lille. Ne pas hésiter à y aller si vous êtes dans le coin, la librairie est agréable, la patronne très sympa, et c'est un des rares endroits où l'on sent que le mot culture (pas au sens Jack Lang du terme...) a encore un sens.

Un lien vers le Livre discuté par l'auteur.
Saturday, March 24th, 2007
2:18 am
Si vous passez par Austin
Allez manger un petit bout chez Zoot (rien à voir avec la nonne vicieuse de Holy Grail, quoique...), dans l'ambiance tropicale du Café Josie, au Driskill, au bruyant South Congress Cafe -mais qui a une truite meunière délicieuse, bien que ne pouvant égaler celle de l'Erbprinz-, à la Capitol Brasserie, à la Fonda San Miguel (meilleur restaurant mexicain de la ville, mais il faut aimer les tortillas de mais, et leur odeur traditionnelle de torchon sale). Puis faites un tour à l'Oasis on the lake, juste au coucher du soleil. Allez à la messe, le dimanche midi, à la Cathédrale. Pour une âme française, cela fait tout drôle de voir beaucoup de jeunes et une église remplie à telle point que beaucoup doivent rester debout. Après avoir vu le Capitole, fait au tour au siège de Whole Foods et dans le campus de UT, et arpenté les boites de nuit et bars de la 6ème rue si c'est votre truc, il n'y a plus grand chose d'important à voir intra-muros. Mais il y a nombre d'endroits beaux ou intéressants, même si leur importance n'est que locale...
Venez donc profiter d'Austin.
En passant, vous pourrez dire bonjour à notre gouverneur, qui m'avait séduit par sa proposition d'augmenter les taxes sur le tabac et non les taxes foncières pour financer les écoles. Dommage qu'il ait tout gâché avec la dissimulation d'un scandale d'agressions sexuelles dans les centres de rééducation pour mineurs.
Thursday, August 3rd, 2006
2:43 pm
Hommage
Une grande Dame vient de passer. Alors, un peu de silence, puis ce choeur violent de la Passion.



"Sind Blitze, sind Donner in Wolken verschwunden."
Wednesday, June 28th, 2006
2:05 am
A table...
Soutenons les produits danois ! ;)

Voici un exemple de fromage commercialisé chez Whole Foods.



Avis aux amateurs.

N.B.: Si vous n'aimez ni le bleu, ni la feta, vous vous abstiendrez et regarderez vos commensaux pieusement tandis qu'ils dégusteront ce mets rare.
Tuesday, June 20th, 2006
1:46 am
Une tribune d'opinion du Washingont Post, par Charles Krauthammer

Who Is to Blame for Grief on a Beach?

It was another one of those pictures that goes instantly around the world. A young Palestinian, wailing in wretched sorrow, grieving over her dead father, stepmother and five siblings who had been killed by an explosion on a Gaza beach. Then came the blame. Palestinian Authority President Mahmoud Abbas (he's the moderate) immediately called the killings an act of Israeli "genocide" and, to dramatize the crime, legally adopted the bereaved girl.

The sensational coverage and sensational charges raise the obvious question: Why would Israel deliberately shell a peaceful family on a beach?

The Israeli government, clumsy as ever, seemed to semi-apologize by expressing regret about the deaths, implying that perhaps they had been caused by an errant Israeli shell targeting a Palestinian rocket base. But then, a few days later, an army investigation concluded that it was not Israel's doing at all.

First, because the shrapnel taken from the victims (treated at Israeli hospitals -- some "genocide") were not the ordnance used in Israeli artillery. Second, because aerial photography revealed no crater that could have been caused by Israeli artillery. And, third, because Israel could account for five of the six shells it launched at the rocket base nearby, and the missing one had been launched at least five minutes before the one that killed the family.

An expert at a local chapter of a human rights group disputes the Israeli claims. Okay. Let's concede for the sake of argument that the question of whether it was an errant Israeli shell remains unresolved. But the obvious question not being asked is this: Who is to blame if Palestinians are setting up rocket launchers to attack Israel -- and placing them 400 yards from a beach crowded with Palestinian families on the Muslim Sabbath?

Answer: This is another example of the Palestinians' classic and cowardly human-shield tactic -- attacking innocent Israeli civilians while hiding behind innocent Palestinian civilians. For Palestinian terrorists -- and the Palestinian governments (both Fatah and Hamas) that allow them to operate unmolested -- it's a win-win: If their rockets aimed into Israeli towns kill innocent Jews, no one abroad notices and it's another success in the terrorist war against Israel. And if Israel's preventive and deterrent attacks on those rocket bases inadvertently kill Palestinian civilians, the iconic "Israeli massacre" picture makes the front page of the New York Times, and the Palestinians win the propaganda war.

But there is an even larger question not asked. Whether the rocket bases are near civilian beaches or in remote areas, why are the Gazans launching any rockets at Israel in the first place -- about 1,000 in the past year?

To get Israel to remove its settlers, end the occupation and let the Palestinians achieve dignity and independence? But Israel did exactly that in Gaza last year. It completely evacuated Gaza, dismantled all its military installations, removed its soldiers, destroyed all Israeli settlements and expelled all 7,000 Israeli settlers. Israel then declared the line that separates Israel from Gaza to be an international frontier. Gaza became the first independent Palestinian territory ever.

And what have the Palestinians done with this independence, this judenrein territory under the Palestinians' control? They have used their freedom to launch rockets at civilians in nearby Israeli towns.

Why? Because the Palestinians prefer victimhood to statehood. They have demonstrated that for 60 years, beginning with their rejection of the United Nations decision to establish a Palestinian state in 1947 because it would have also created a small Jewish state next door. They declared war instead.

Half a century later, at the Camp David summit with President Bill Clinton, Israel renewed the offer of a Palestinian state -- with its capital in Jerusalem, with not a single Jewish settler remaining in Palestine, and on a contiguous territory encompassing 95 percent of the West Bank (Israel making up the other 5 percent with pieces of Israel proper).

The Palestinian answer? War again -- Yasser Arafat's terror war, aka the second intifada, which killed a thousand Jews.

This embrace of victimhood, of martyrdom, of blood and suffering, is the Palestinian disease. They are offered an independent state. They are given all of Gaza. And they respond with rocket attacks into peaceful Israeli towns -- in pre-1967 Israel proper, mind you.

What can Israel do but try to take out those rocket bases and their crews? What would the United States do if rockets were raining into San Diego from across the border with Mexico?

Now look again at that terrible photograph and ask yourself: Who is responsible for the heart-rending grief of that poor Palestinian girl?
Tuesday, March 28th, 2006
11:34 am
Work? Oui!
Un article du Chicago Tribune

Published March 23, 2006

The jobless rate in France hovers around 10 percent. It's more than double that among the young, and in some poor neighborhoods it soars to 40 percent.

One reason: Worker protections are so strong in France that once someone is hired, it is close to impossible to fire him, no matter how incompetent he may be. That makes employers reluctant to fill jobs with people who have a limited work history. They don't want to take the chance.

In an attempt to introduce a little flexibility into that calcified system, the government recently passed what's called the First Job Contract law. It will give employers more leeway to hire and fire workers who are under the age of 26. Its goal is to reduce unemployment among the young. The thinking is that employers will be more willing to hire young workers with little or no experience if it isn't so difficult to dismiss the ones who aren't productive.

This is not intended to punish young people. It's intended to entice employers to take a chance on them. But the law has sparked hundreds of thousands of young people to protest, shutting down some universities. Prime Minister Dominique de Villepin has been vilified by the protesters and France's powerful public-sector unions.

Union employees don't face a great risk--the union bosses do. If this law reduces joblessness among the young, the government might try to introduce more flexibility into the labor market for older workers. The unions' stranglehold on French labor policy might be broken.

France has long disdained America's burly brand of capitalism. American workers do have less job security than the French--but more have jobs. The churning American economy has produced more robust growth and a much lower jobless rate than France's. After a disturbing period of job loss, America's economy has created 4.3 million jobs in the last two years.

In the last year, an average of 4.5 million workers left their jobs each month, but 4.8 million workers were hired. That's a net gain of about 300,000 new hires each month. The jobless rate for young people in the U.S. is less than half that of France. In the U.S., it's 10.7 percent for those who are ages 16 to 24. It is 8.5 percent for those who are 20 to 24.

There is uncertainty in economic churn--and it's terribly acute when it's your job that goes away. But lifetime job security doesn't mean much when you can find no job in the first place. The young may take to the streets in France, but the First Job Contract could give them something more gainful to do.

Copyright (c) 2006, Chicago Tribune
Tuesday, March 14th, 2006
3:27 am
E.M.I.
E.M.I. est une association loi 1901 cree a l'initiative de mon endocrino de ville, le Dr. Jean-Jacques Bensaid, une personne a qui je dois vraiment la vie, pour aider les Enfants Malades en Israel. On peut bien sur se poser la question au depart : l'aide est independante de toute confession.
Je ne suis pas certain d'etre excellent pour recolter des dons - et la destination, avec tout ce qu'elle implique, ne rend pas les choses evidentes -, mais j'ai tout de meme accepte de coordonner ce qui pouvait etre fait aux USA quand ce medecin me l'a demande : j'ai une dette envers lui, et l'action est louable.
Si vous savez un peu comment declarer ce genre de 'charity' et le cas echeant ouvrir un compte en banque pour cette personne morale, ou que vous connaissez de possibles ( genereux ^^) donateurs, faites-vous connaitre !
Monday, February 27th, 2006
1:16 am
Thursday, February 23rd, 2006
12:07 am
Fosse...
Il y a quelques temps, TCM a diffusé "Sweet Charity" de Bob Fosse. Pour ceux qui aiment la comédie musicale et veulent changer un peu de Fred Astaire, essayez de trouver un DVD de ce film. Puis regardez la suite de danses sucessives "The Aloof", "The heavyweight" et "The big finish". Ces chorégraphies, qui fleurent bon les années 1960, sont géniales. C'est un pur délire visuel, une réelle caricature des danses de l'époque. C'est drôle et entrainant, on a envie de se regarder ces quelques minutes tous les jours pour se dérider un peu...

Current Mood: depressed
Friday, February 17th, 2006
1:43 am
Retour un demi-siecle en arriere...
Cette annee, les JO d'hiver sont a Sestriere. Il y a un demi-siecle, vous auriez pu y assister en vous logeant dans un des etablissements presentes ici...

Sunday, February 12th, 2006
3:32 am
Charmant article du Wall Street Journal.
An update from France ... (Remember Those Riots?)
by Theodore Dalrymple

L'articleCollapse )
Thursday, December 22nd, 2005
2:40 am
A la bouffe !
Pour ceux qui seraient en Bade pour les fêtes, quelques endroits que j'avais bien aimés d'un point de vue culinaire, alors que je faisais le stage ouvrier de premiere annee d'ecole d'ingé (ou comment allier l'utile et l'agreable)... J'etais centre a Ettligen, a quelques encablees de Karlsruhe.

Tout d'abord, le Restaurant Erbprinz à Ettlingen. Il n'y a pas à dire, leur truite meuniere (avec quelques amandes...) etait delicieuse. Le tout accompagne d'une petite salade et d'une bouteille d'eau minerale pour moins de 30 euros. Un vrai plaisir, pour moi qui en general ai beaucoup de mal avec le poisson... Il faut tout de meme eviter d'arriver en jeans, car meme si le restaurateur ne dira rien (on sait ce que c'est qu'un client dans le coin), les autres clients vous regarderont à votre arrivee comme si vous aviez tue pere et mere. Je ne vois plus cette truite sur le menu, mais ils doivent certainement avoir d'autres ressources...
Ensuite, dans cette meme ville d'Ettlingen, je proposerai le Markgrafen-Keller, et son "Hirschkalbsteak „Schwarzwälder Art“ mit Sauerkirschen und Pfifferlingen, dazu hausgemachte Spätzle", toujours au menu pour 15,20 €. Les Spaetzle sont un peu trop salees, mais comme j'ai un faible pour le gibier (et que je fais des exceptions dans mon degout pour les champignons)... Il manque tout de meme un sourire aux serveuses...
Il y avait aussi un "Restaurant im Schloss" a Ettligen, mais je ne retrouve plus sa trace. S'il existe toujours, sa salade composee est un regal, et, contrairement au restau precedent, le personnel etait tres agreable.

Passons un peu plus loin. Je n'ai pu explorer Karlsruhe de fond en comble - le centre m'avait l'air assez limité en taille, donc quand je trouvais l'endroit moins anime je rebroussais chemin -, mais je n'y ai pas trouve d'endroit particulierement agreable. On peut y manger correctement et pas cher dans des endroits modernes, mais ca ne fait pas vraiment le coup de coeur local. Les seuls interets de la ville etaient pour moi son "musee d'art moderne", la vue de son chateau, et surtout son magasin de musique, ou, contrairement a la plupart Fnac francaises (allez demander un conseil en classique a la Fnac des Champs-Elysees, vous en ressortirez soit desespere par l'ignorance du vendeur, soit hurlant de rire pour la meme cause), les vendeurs faisaient preuve de connaissances certaines. Donc pas grand chose en bouffe ici.

Allons encore un peu plus loin, mais cette fois-ci vers le Sud. Ettligen est relie par tram a Karlsruhe, ville elle-meme reliee par ce meme moyen a Baden-Baden (entre les deux, le tram utilise la voie des trains grandes lignes, c'est assez etonnant). Cette ville est un delice, une perle de la Belle Epoque (bien qu'a part m'y promener et prendre les eaux, manger et aller au concert, je n'y aurais pas grand chose a faire).
Commencez donc par aller grignotter quelque Marzipan de chez Rumpelmayer, sous les arcades du Kurpark, puis allez prendre un cafe chez Koenig (ne pas faire attention aux vieilles rombieres qui trainent par la...). Apres une bonne promenade, vous passerez devant un des vieux etablissements de la ville, le Europaeischer Hof (le premier hotel de la chaine d'hotels Steigenberger). Ne commettez pas l'erreur d'aller y prendre votre repas. C'est cher mais de qualite douteuse. Un peu nouvelle cuisine, avec pas grand chose dans l'assiette. Quand ce pas grand chose est bon, ca passe. Mais quand il s'agit de trois boulettes d'epinards enrobees dans des feuilles de chou, le tout etant detestablement desseche, on n'y retourne pas et on trouve que l'addition meriterait moins de chlorure de sodium.
En revanche, poussez un peu plus loin pour aller au Badischer Hof, de la meme chaine, avec une etoile de moins (donc un peu moins cher). La, le plat de gibier que j'ai pu prendre etait delicieux, copieux (juste comme il faut) et bien prepare, le service impeccable. Le petit frere fait vraiment la nique a l'aine...
Pour finir ce tour gastronomique (sur une note neutre), il y a, pour les melomanes, un restaurant asiatique ouvert assez tard (celui de l'hotel ferme a des heures qui ne me conviennent pas) installe juste a cote du Bayerischer Hof (donc juste en face de l'ancienne gare devenue palais des festivals - et gouffre financier -) qui propose une cuisine correcte, mais encore une fois l'amabilite n'est pas leur fort.

Maintenant, a vous de tester...
Sunday, November 27th, 2005
2:10 am
Fantômes...
18 Août 2001

Les deux chaises rouges sur la terrasse sont certainement moins belles que les transats qui devaient être là dans les années 1930, mais il me plait néanmoins à imaginer Th. Mann et H. Hesse discutant tous deux assis sur ces chaises, profitant du soleil, une matinée froide de l'hiver 1932, en attendant leur éditeur S. Fischer...
Saturday, November 26th, 2005
8:01 pm
Sunday, November 6th, 2005
4:13 pm
Un extrait d'article de l'Est

Le texte...Collapse )

Il est tout de meme ahurissant qu'une des questions principales, le role des parents, soit abordee par des manifestants et qu'aucun homme politique n'ait eu le courage d'en parler.
Je propose de couper les allocations familiales a ceux dont les gosses sont pris dans les violences : s'ils ne s'occupent pas d'eux, en quoi constituent-ils leur famille ?
Friday, October 21st, 2005
10:51 am
Tristesse...
Communiqué de presse

Le texte...Collapse )


C'est maintenant vraiment la fin pour Agfaphoto. Une grande déception et tristesse quant à cette compagnie qui avait inventé le film couleur au développement simple, l'appareil photo à exposition automatique, le déclencheur souple ( le fameux "sensor" ), et fabriquait encore aujourd'hui des films d'excellente qualité (la plupart de mes photos sont faites en Optima 200, Ultra ou, pour le noir et blanc, Scala...). On se demande comment la direction a réussi à massacrer l'entreprise de telle sorte : en 6 mois de vie (après le détachement de la compagnie mère Agfa-Gevaert, toujours profitable, et avant la mise en faillite), elle est passée de "très bonnes perspectives" avec une excellente trésorerie à un déficit énorme... Et préférer la liquidation à une reprise quelconque, il y a quelque chose de louche, on dirait que les dirigeants ont un intérêt à liquider l'entreprise...

Et puis la question pratique pour moi : quels films vais-je maintenant utiliser ? Peut-être est-ce le moment de passer au numérique.
</div> </div>
Wednesday, October 19th, 2005
1:43 am
Wilma
Un article du Austin American Statesman sur le cyclone Wilma

Le texte...Collapse )


Ce sont des petits comiques au Statesman : "That's right, the first 'W' storm in history". C'est étonnant, il y a pourtant un autre ouragan 'W' qui est arrivé aux USA en 2000...

Friday, September 30th, 2005
10:19 am
Article du Monde

Le texte...Collapse )

J'aime bien cet article. Pour une fois que le Monde ne fait pas un article fondamentalement anticlérical...
Saturday, September 24th, 2005
11:58 pm
Recherche interprete...
Comme j'ai vraiment du mal avec le Schwizzertuetsch, j'attends une bonne volonte pour me faire la traductionde ce petit passage televise...

Breve nouvelle
Tuesday, September 13th, 2005
1:38 am
La belle France (suite...)
Article du Figaro


Le texte...Collapse )

Il y a beaucoup de petites entreprises qui aimeraient avoir un CA de 400 millions d'euros... Je n'ose imaginer ce que l'on aurait entendu si telle entreprise avait un CE qui donnait chaque annee 100000 euros pour une fete du MPF de Villiers...

A propos de ce dernier : j'ai plutot l'habitude de hurler quand j'entends les propos de Le Pen, mais j'avoue que je me suis tordu de rire en voyant ce qu'il avait dit sur Villiers, en particulier disant que ses electeurs etaient seulement "entre la sortie de la messe de 10 heures et la patisserie de la place" et le traitant d'"aristocrate qui veut jouer les sans-culotte" (veut-il aussi jouer les Robespierre ?..).
[ << Previous 20 ]
My Website   About LiveJournal.com